Je ne connaissais pas William Boyle, pour moi Boyle était le patronyme de Thomas. J'ai lu ce roman après avoir entendu l'auteur sur France Inter dans l'émission d'Antoine de Caunes et j'ai très bien fait. L'auteur qui a passé une grande partie de sa vie à Brooklyn y situe ce livre. J'aime bien les auteurs qui ancrent leurs histoires dans les lieux qui les ont vu grandir.

Le récit est très original, Amy est fascinée par un inconnu qui a commis un crime dont elle est le témoin involontaire. Filer un meurtrier n'est peut être pas une bonne idée, mais Amy n'est pas une femme ordinaire. Elle a connu plusieurs vies, au moment ou débute le récit Amy elle est une paroissienne exemplaire qui visite les vieilles dames pour leur tenir compagnie. Pourquoi diable s'embarque-t-elle dans une enquête à hauts risques dont le lecteur se demande comment elle pourrait bien finir ?

Peut-être parce qu'Alessandra, la femme qu'elle aime, est partie s'installe à l'autre bout des Etats-Unis ? Ou parce que son père, Fred, est réapparu dans sa vie après l'avoir abandonnée avec sa mère lorsqu'elle avait douze ans. Où ? où ? allez donc savoir. A chaque lecteur de se faire une opinion.

Une intrigue solide et prenante avec une ribambelle de personnages d'une rare épaisseur, ambigus, dérangeants ou attachants selon les cas. Ce roman est à la fois ancré dans le réel et, parfois, à la limite du fantastique. On y sent en permanence la tendresse de William Boyle pour tous ses personnages. Pas de bons et de méchants dans ce livre, comme dans tout bon roman noir les actions des uns et des autres ont des motivations qui même lorsqu'elles nous échappent viennent du plus profond de leur existence.

En résumé un vrai bon roman noir et même oserais-je dire, pour ceux qui ne croient qu'à la Littérature, un bon roman tout court. Lisez-le il le mérite amplement.