Charlotte travaille en tant qu’assistante de direction intérimaire dans une grande société internationale. Elle s’y ennuie, lorsqu’il lui est proposé un poste auprès du beau Nick. Son nouveau job va l’entraîner en Argentine, plus précisément dans la ville de Corrientes, située à l’extrême nord-ouest du pays à la frontière du Paraguay. Elle y connaîtra des aventures aussi dangereuses qu’exaltantes en compagnie de Nick, sur les traces de trafiquants de médicaments.

 

Le titre de ce roman est très accrocheur et résume bien le contenu du roman. C’est une très bonne trouvaille.

Ceux qui me lisent, connaissent mon intérêt pour l’Amérique latine, vous pouvez imaginer qu’un polar qui s’y déroule ne pouvait pas me laisser indifférent.

Connaissant un peu la région, j’ai apprécié la façon dont Véronique la décrit, de la chaleur moite à la luxuriance de la nature. Un fleuve omniprésent, une ville très représentative de l’Argentine rurale, des habitants puissants ou misérables suivant leur couleur de peau. L’écriture de Véronique Avart, rend palpable la chaleur, l’humidité et la poussière caractéristiques de ces villes latino-américaines de l’arrière-pays. J’y ai retrouvé des souvenirs des ’’asados’’ dans la campagne argentine, immenses barbecues débordants de viande de bœuf.

L’intrigue est bien menée, sur un arrière-plan social et sans ménager les coups de théâtre. Peu à peu l’auteure nous conduit vers un dénouement qui fait froid dans le dos. Au passage elle met en lumière l’exploitation de la misère du tiers-monde par des laboratoires pharmaceutiques préoccupés par leurs seuls profits au mépris de la dignité des êtres humains. L’enquête se double d’une description des émois amoureux de Charly l’héroïne, subjuguée par son compagnon d’aventures, malheureusement pour elle, gay si l’on en croit la rumeur. Cette romance met un peu de piquant et de charme au roman, nous éloignant de la noirceur de l’intrigue.

En résumé un polar qui se lit avec plaisir tout en vous faisant découvrir une partie de notre planète et la condition humaine de ceux qui y vivent. Une réussite que je vous recommande.