Dans ce roman Brunetti retrouve un personnage déjà croisé dans MORT A LA FENICE, la cantatrice Flavia Petrelli.Nous voilà donc de retour à La Fenice, la cantatrice est passée de suspecte à potentielle victime. En effet, un admirateur anonyme la couvre de fleurs ce qui ne serait pas dramatique si une jeune chanteuse à qui elle a adressé un compliment n'était attaquée sur un pont de Venise. Brunetti va se charger de la sécurité de la diva qu'il rencontre dès la début du roman lors d'une représentation de Tosca à la Fenice.

Tous le ingrédients habituels de la série des Brunetti sont bien là, Le couple Brunetti, leurs enfants, les beaux-parents, les collègues sympathiques ou pas et surtout la sérénissime Venise, principal atout de ce roman. C'est un plaisir toujours renouvelé de retrouver le commissaire déambulant dans les rues et navigant sur les canaux de la ville. L'ambiance de cette ville est toujours aussi importante dans les romans de Donna Leon, elle donne un cachet incomparable à cette série. Brunetti est un personnage très attachant, ancré dans le réél banal d'une vie familiale agrémentée par la cuisine de Paola et les discussions avec Chiara et Raffi.

L'intrigue passe pratiquement au second plan. L'énigme n'est pas des plus passionnantes et l'enquête ne permet pas vraiment au lecteur de découvrir le coupable à l'aide d'indices semés par l'auteure. 

Bref, j'ai aimé ce roman parce-que j'aime les personnages de Donna Leon et que sa description de Venise continue à m'enchanter. Si c'est aussi votre cas, ce roman est fait pour vous.