Dans les environs de Fjällbacka, un petit port touristique suédois on découvre le cadavre d'une femme. Sous ce corps les enquêteurs retrouvent deux autres squelettes de femmes.

predicateur

 L'inspecteur Patrik Hedström est chargé de l'enquête. en pleine canicule, il s'intéresse à la famille Hult, le prédicateur du titre dont les enfants étaient censés avoir des dons de guerisseurs.

L'intrigue est solide et tient en haleine le lecteur. Alors qu'est-ce qui motive mon insatisfaction ?

Tout d'abord le choix d'une période de canicule, si elle à l'avantage de l'originalité pour un polar nordique, gomme une partie de l'originalité des polars nordiques. Je dois avouer que les paysages brumeux que la neige blanchit, le froid qui saisit les enquêterus et les routes glissantes sont inséparables pour moi du polar scandinave.

Les personnages ensuite. L'inspecteur Hedström est en congé et sa femme est enceinte. Comme de bien entendu il va interrompre ses vacances, ces pauvres policiers de roman ne peuvent jamais finir leurs vacances (je ne jetterai pas la première pierr à Camilla, parce que moi aussi j'ai péché). Je les trouve un peu énervants ces personnages, trop gentils avec des pique-assiettes, sans failles, aucune noirceur chez les gentils. Par rapport aux personnages de Mankell, par exemple, ils manquent d'épaisseur, pas suffisamment de côté obscur de faiblesses.

Le style me paraît plat, très moderne, aucun lyrisme, ce n'est pas un défaut pour ce type de roman. Au fond le style dans un thriller doit être au service de récit et pas l'inverse.

La narration est lente, très lente, trop lente. Les 374 pages pourraient être moins nombreuses sans nuire au récit, là aussi c'est une tendance du thriller contemporain et pas celle qui me plaît le plus. J'ai souvent eu l'impression que l'histoire piétinait. Il existe un suspens dans ce roman, une jeune fille a disparu et il s'agit pour les policiers de la retrouver vivante. Mais cette recherche est tellement noyée dans l'intrigue qu'elle nous laisse indifférents, le fil est trop ténu pour que le lecteur soit tenu en haleine de bout en bout. Cette quête m'a très vite laissé indifférent.

Bref, ma première lecture d'un roman de Camilla Läckberg m'a laissé sur ma faim. Ce livre m'a semblé nettement inférieur aux romans d'Henning Mankelle dont je vous reparlerai prochainement.