Felizidad

Dans ce roman Odile Marteau Guernion délaisse (provisoirement j’espère) son héroïne récurrente la policière Anna Le Goff pour nous conter les aventures d’Elsa une doctoresse partie en Colombie dans le cadre d’une mission humanitaire.

 Elsa a vécu un amour difficile avec Gary, un homme violent. Elle essaye de se reconstruire affectivement dans un pays d’Amérique latine. Elle y sera confrontée à la misère des paysans, l’arrogance d’un grand propriétaire terrien et une catastrophe naturelle. Elle va suivre une trajectoire personnelle que la rencontre d’un étudiant en sociologie Paolo pourrait infléchir en lui permettant de retrouver une relation amoureuse qui lui fait peur.

 J’avais un peu de crainte devant ce roman, comme à chaque fois qu’un auteur que j’apprécie dans un genre, en l’occurrence les romans policiers, s’aventure dans un nouveau domaine. Dans le cas d’Odile Marteau Guernion la crainte était sans fondement.

 J’ai retrouvé dans Felizidad tout ce qui fait la qualité des romans d’Odile, une intrigue solide très bien construite, un style agréable au service du récit et une grande empathie avec ses personnages.

Felizidad est une petite ville de Colombie. J’ai retrouvé l’ambiance de ce pays dans lequel j’ai voyagé. L’auteure décrit avec réalisme la misère des paysans pauvres et l’arrogance du propriétaire terrien Carlos Melo. Ce dernier nourrit des ambitions politiques auxquelles Elsa devra faire face pour la défense du dispensaire dans lequel elle travaille.

 La tempête qui va bouleverser la région causant des drames humains décrits avec réalisme et humanité par la romancière. Elle n’oublie pas tout à fait le roman policier, un cadavre va surgir énigmatique à souhait.

 Elsa va traverser toutes ces épreuves, toujours au service des populations les plus pauvres, hésitante devant l’amour que Paolo pourrait lui offrir. Nous, lecteurs, suivons les aventures de l’héroïne avec un intérêt et un plaisir qui ne se dément jamais tout au long du roman. L’arrière plan social ajoute le réalisme qui en ce qui me concerne rend les romans beaucoup plus passionnants.

 Bref, Felizidad est une réussite qui fait honneur à Odile Marteau Guernion et comblera tous ceux qui aiment ses romans policiers et beaucoup d’autres j’espère. Bravo à Esneval Editions qui lui a donné sa chance.

Lisez-le vous verrez que j’ai raison.