Juste une seconde. par [GRIGNON, Sylvie]Il suffit d’une seule seconde pour faire basculer une vie, pas une de plus, juste une seule. Un regard, un appel téléphonique, un mot de trop, un acte manqué, un mot d’amour non dit. Une seconde qui nous poussera d’un côté ou de l’autre. L'auteure connue pour ses nombreux romans a voulu cette fois écrire un petit livre sans prétention, juste destiné à faire du bien à ceux qui en ont besoin.

Avec juste une seconde Sylvie Grignon sort du genre littéraire qui l’a faite connaître, le roman policier. J’ai écrit des chroniques sur ces romans qui composent une palette de couleurs du rouge à l’indigo et écrit tout le bien que j’en pense.

J’ai abordé avec curiosité ce petit roman d'une centaine de pages qui est centré sur le personnage de Nadia une trentenaire agoraphobe dont la vie va basculer en une seconde à cause de l’oubli d’une bouteille d’eau. Quoi de plus trivial que cette bouteille et de plus court que cette seconde qui va changer une vie.

Le propos de Sylvie tourne autour de cette idée, une seconde suffit à faire basculer une existence, mais cela ne doit pas nous empêcher de prendre notre vie en main, d’en être l’architecte dit son héroïne. Le propos se veut résolument optimiste, dans la droite ligne de l’œuvre de Sylvie Grignon.

Le courage et la volonté sont plus forts que le destin, j’en suis convaincu moi aussi.

J’ai retrouvé le style fluide et sans fioritures inutiles des polars, le plaisir de la lecture est du même niveau.

En conclusion je ne peux que vous encourager à lire ce roman, petit par la longueur, mais pas par la qualité, en attendant la parution des polars Rouge et Indigo chez Evidence Editions. D’autres bons moments de lecture en perspective.